http://www.yannstofer.com/files/gimgs/th-52_01-©-YANN-STOFER.jpg
 
 
http://www.yannstofer.com/files/gimgs/th-52_05-©-YANN-STOFER.jpg
 
 
http://www.yannstofer.com/files/gimgs/th-52_10-©-YANN-STOFER.jpg
 
 
http://www.yannstofer.com/files/gimgs/th-52_5176-44-V1.jpg
 
 
http://www.yannstofer.com/files/gimgs/th-52_02-©-YANN-STOFER.jpg
 
 
http://www.yannstofer.com/files/gimgs/th-52_03-©-YANN-STOFER.jpg
 
 
http://www.yannstofer.com/files/gimgs/th-52_5177-41-V1.jpg
 
 
http://www.yannstofer.com/files/gimgs/th-52_5174-44-V1.jpg
 
 
http://www.yannstofer.com/files/gimgs/th-52_YANN-STOFER-5176-08.jpg
 
 
http://www.yannstofer.com/files/gimgs/th-52_5176-47.jpg
 
 
http://www.yannstofer.com/files/gimgs/th-52_08-©-YANN-STOFER.jpg
 
 
http://www.yannstofer.com/files/gimgs/th-52_04-©-YANN-STOFER.jpg
 
 
http://www.yannstofer.com/files/gimgs/th-52_5178-56-V1.jpg
 
 
http://www.yannstofer.com/files/gimgs/th-52_5177-47-V1.jpg
 
 

Les derniers témoins

Nous sommes en Juin 2012. A sept mille kilomètres de Moscou, au bout de la Sibérie et de neuf heures de vol, nous arrivons à Magadan, la ville goulag créée par Staline en 1933. Dans cette ville longtemps fermée aux visiteurs, nous attend une femme. Elle, c’est l’une des dernières survivantes du régime Stalinien. Natalia Khayoutina est la fille du bras droit de Staline, Nikolai Ejov, “le nabot sanguinaire” chargé des purges et de l’extermination de plus d’un million de personnes en Russie. Natalia, elle, se souvient d’un père aimant et gentil et d’un “oncle Joseph souriant et bruyant” qui passait de temps en temps à leur datcha le week-end.

Trois jours à Magadan, puis retour à Moscou où nous rencontrons d’autres visages, d’autres destins, tous liés à Joseph Staline, cet homme d’acier qui a dirigé la Russie d’une main de fer : sa secretaire, Ekaterina Katoukova, 99 ans et encore toute sa tête pleine de souvenirs, le fils de son ministre des affaires étrangères Stepan Mikoyan, devenu l’un des plus célèbres pilotes de l’armée rouge durant la Seconde guerre mondiale, Ada Yousis, fille du chef de sécurité chargé de la protection personnelle de Staline, une femme qui voue encore aujourd’hui pour le “père du peuple” une admiration sans limites. Mais aussi le neveu de Staline Alexandre Allilouev et sa belle-fille Ludmila Alliloueva. Aucun ne porte aujourd’hui le nom de famille du chef suprême. Pendant deux semaines nous avons parlé, écouté, recueilli les précieux témoignages de ces derniers gardiens d’une époque que bientôt on n’apprendra plus que dans les livres.

Anastasia Mikova